Archive | Romans français Flux RSS de cette section

Quel trésor!

31 mar

Quel trésor!

Gaspard-Marie Janvier

aux éditions Points, 360 pages

image

Les Hébrides vous connaissez? David Blair, l’héritier d’ une maison d’éditions écossaise au bord de la faillite découvre dans un vieux dossier une vieille carte. Serait-ce l’originale de la carte dessinée par R. L. Stevenson pour « L’ île au trésor »? Alors que les experts débattent, Blair s’échappe vers l’archipel des Hébrides et embarque pour une fabuleuse chasse au trésor…

DEFI LECTURE 2017, catégorie 59: lire un roman contenant une carte 22/80

L’ Atelier des poisons

29 mar

L’atelier des poisons

Sylvie Gibert

aux éditions Plon, 352 pages

l'atelier des poisons

 

Une intrigue policière, mais pas que… une lecture prenante et un voyage très documenté sur cette époque. Plantons le décor ou plutot les décors, Paris, fin du XIXème, les tous nouveaux boulevards et leurs demeures haussmaniennes, les tripos, Montmartre, la nouvelle venue la fée Electricité, la misère et la bourgeoisie qui se cotoient dans l’envie ou l’indifférence, les débuts du mouvement impressioniste, la position ou le manque de position de la femme. Entre réalisme et naturalisme, le lecteur rencontre brièvement Maupassant, Alphonse Allais, Degas.

Présentation éditeur

Quand le talent d’une jeune peintre intrépide la plonge au coeur d’une intrigue captivante.

Paris, 1880. A l’académie Julian, le premier atelier à ouvrir ses portes aux femmes, la vie n’est pas facile. L’apprentissage du métier de peintre est ardu, long et coûteux. Seules les jeunes filles dotées d’un véritable talent et, surtout, d’une grande force de caractère, parviennent à en surmonter les obstacles.
Du talent, Zélie Murineau n’en manque pas. De la force de caractère non plus. N’a-t-elle pas déjà prouvé qu’elle était prête à tout pour parvenir à ses fins ? Pourtant, lorsque Alexandre d’Arbourg, le commissaire du quartier du Palais-Royal, lui demande de faire le portrait de sa filleule, sa belle assurance est ébranlée : comment ne pas croire que cette commande dissimule d’autres motifs ? Même si elle en connaît les risques, elle n’est pas en mesure de refuser le marché que lui propose le beau commissaire : elle sera donc « ses yeux ».
Des auberges mal famées jusqu’aux salons de la grande bourgeoisie, elle va l’aider à discerner ce que les grands maîtres de la peinture sont les seuls à voir : les vérités qui se cachent derrière les apparences.

Amours

29 mar

Amours

Léonor de Récondo

Aux éditions Sabine Wespieser, 280 p

Prix RTL-Lire 2015

Prix des Libraires 2015

amours

Il y a des lectures comme ça… Je me souviens de chaque instant de celle-ci. Août 2015, j’étais en vacances en Corrèze…

Ma bibliothèque est une boîte à souvenirs…

Bien souvent j’emprunte mes lectures à la médiathèque située à deux pas de chez moi, le choix des bibliothécaires est un bon argument face à la profusion des sorties litteraires. J’emprunte, je lis, je rends et très souvent j’attends. J’attends pour chiner chez les bouquinistes et là, posé sur l’étal, j’achète. J’achète  le souvenir d’ une lecture qui m’a transportée, des odeurs qui l’ont accompagnées, des rires, des pleurs, des moments partagés, des instants de vie qui me reviennent en mémoire dans un souffle léger…

Et là je peux dire: superbe roman! Amours. Deux portraits de femmes servis par une belle écriture. L’aristocrate et la servante, deux visions d’un monde et un vent de liberté qui souffle et ravive les braises de l’amour un peu trop bourgeois de ce début de siècle.

Quatrième de couverture

Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d’une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s’épanouir le sentiment amoureux le plus pur – et le plus inattendu. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notaire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l’héritier Boisvaillant tant espéré.

Comme elle l’a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s’apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire n’a pas la fibre maternelle, et le nourrisson dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont elle martèle inlassablement les touches.

Céleste, mue par son instinct, décide de porter secours à l’enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s’éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre sous les combles…

Les barrières sociales et les convenances explosent alors, laissant la place à la ferveur d’un sentiment qui balayera tout.

 

 

 

L’extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa

27 mar

L’extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea

Romain Puértolas

Le Dilettante, 256 pages, emprunt médiathèque. (Sinon 19€…)

l'extraordinaire voyage...

 

Prendre un rajasthanais baignant dans une innocente culture, l’incorporer dans le temple de la consommation mobilière. Secouer et laisser mariner… Ne pas oublier d’y rajouter une pincée de glamour, un peu de « jeunisme » littéraire, une bonne quantité de feuilles monétaires, et pimenter avec une sauce dite « migratoire ». La cuisson étant obligatoire,  compter à peu près 4 heures, déguster avec bonheur, jubilation?… A vous de voir!

Résumé éditeur

Il était une fois Ajatashatru Lavash Patel (à prononcer, selon les aptitudes linguales, « j’arrache ta charrue » ou « achète un chat roux »), un hindou de gris vêtu, aux oreilles forées d’anneaux et considérablement moustachu. Profession : fakir assez escroc, grand gobeur de clous en sucre et lampeur de lames postiches. Ledit hindou débarque un jour à Roissy, direction La Mecque du kit, le Lourdes du mode d’emploi : Ikea, et ce aux fins d’y renouveler sa planche de salut et son gagne-pain en dur : un lit à clous. Taxi arnaqué, porte franchie et commande passée d’un modèle deux cents pointes à visser soi-même, trouvant la succursale à son goût, il s’y installe, s’y lie aux chalands, notamment à une délicieuse Marie Rivière qui lui offre son premier choc cardiaque, et s’y fait enfermer de nuit, nidifiant dans une armoire… expédiée tout de go au Royaume-Uni en camion.

Digne véhicule qu’il partage avec une escouade de Soudanais clandestins. Appréhendés en terre d’Albion, nos héros sont mis en garde à vue. Réexpédié en Espagne comme ses compères, Ajatashatru Lavash Patel y percute, en plein aéroport de Barcelone, le taxi floué à qui il échappe à la faveur d’un troisième empaquetage en malle-cabine qui le fait soudain romain… et romancier (l’attente en soute étant longue et poussant à l’écriture). Protégé de l’actrice Sophie Morceaux, il joue une nouvelle fois la fille de l’air, empruntant une montgolfière pour se retrouver dans le golfe d’Aden puis, cargo aidant, à Tripoli. Une odyssée improbable qui s’achèvera festivement en France où Ajatashatru Lavash Patel passera la bague au doigt de Marie dans un climat d’euphorie cosmopolite.

Sur le mode rebondissant des périples verniens et des tours de passe-passe houdinesques, voici donc, pour la première fois dans votre ville, L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, un spectacle en Eurovision qui a du battant, du piquant et dont le clou vous ravira. Non, mais.

 

Céleste Quatorze

22 fév

Céleste Quatorze

Christine Gauthier-Bravard

Aux éditions du Ver Luisant, 243 pages

image

 

Céleste, jeune orpheline placée chez un couple de Coussac-Bonneval, rêve d’aventures et d’indépendance. À quinze ans, elle fuit sa campagne limousine et monte à Paris rejoindre sa sœur adoptive. Pour elle c’est une nouvelle vie qui s’annonce, pleine de rebondissements…

J’ai été conquise!
Le lecteur est entraîné, happé dans cette aventure. Beaucoup de rythme et une écriture fluide, une très belle découverte!

image

DÉFI LECTURE 2017, catégorie 11, roman d’un auteur auto-édité

Comment faire une danseuse avec un coquelicot

21 fév

Comment faire une danseuse avec un coquelicot

Mona Thomas

aux editions Champ Vallon, 187 pages

image

De mars à juillet, Mona Thomas lit le Seigneur des Anneaux à son petit auditeur, Jacob, son fils. Au fil des pages, elle égrène cette lecture qu’elle parsème de réflexions sur le jardin, la nature. Au fil des pages, pour étayer ses réflexions, Mona Thomas évoque les auteurs qui l’ont marquée, leurs rapports avec la nature. Ici une phrase de Diderot, « il n’y a pas de mauvaises herbes seulement des herbes que l’on ne connaît pas », un peu plus loin nous croisons Lady Chatterley, Kafka, Faulkner, Montaigne. Ce petit livre est à mon avis une petite bible pour tout amateur de jardin, c’est aussi une belle invitation à la lecture partagée.

Quatrième de couverture

De mars à juillet, sous la couette et dans l’herbe, je fais la lecture à Jacob qui devient grand. Ensemble on s’attache à un livre plein de batailles et de fleurs. Nous avons hâte de le retrouver. C’est un ami. Toujours il y a eu un jardin. Des métamorphoses. L’amour et la leçon des choses. Avec le lien volubile qu’entretiennent les textes entre eux. Avec les vraies questions portant sur les savoirs essentiels. Et comment retourner un coquelicot poilu en demoiselle enchantée.

Extraits

« L’amour est un grand lecteur. Qui vous embarque vers des mondes dont vous ignoriez tout jusque là, vers des connaissances dont vous auriez parfaitement pu continuer à vous passer. L’amour vous ôte jusqu’à la possibilité de vous plaindre: vous lisez avec les yeux désormais. »

« Eugènie a eu la fin qu’un grand jardinier s’était souhaité. Dans le chapitre XX du premier livre des Essais, « Que philosopher, c’est apprendre à mourir », Montaigne nous dit: Je veux qu’on agisse, et qu’on allonge les offices de la vie tant qu’on peut, et que la mort me trouve plantant mes choux, mais nonchalant d’elle, et encore plus de mon jardin imparfait. »

Mona Thomas est née en 1952 dans les Côtes d’Armor. Écrivain, critique d’art, journaliste à Art Press, elle a publié deux romans chez Fayard (Alar et Un grand rangement). Son troisième roman, paru chez Gallimard (On irait), va être adapté au cinéma. Elle est aussi l’auteur d’un essai sur les collectionneurs d’art contemporain chez Jacqueline Chambon (Un art du secret) et de plusieurs pièces de théâtre crées et publiées dans des revues de théâtre.

Souvenir d’enfance….

image

Les forêts de Ravel

9 fév

Les forêts de Ravel

Michel Bernard

Aux éditions La table Ronde, 176 pages

image

Un roman coup de cœur, une biographie de Ravel qui commence en 1916 lorsque le compositeur s’engage volontaire comme conducteur d’ambulance. De Bar le Duc à Verdun il convoie des hommes blessés, des marchandises. Dans ses instants de repos il parcourt la forêt à l’ écoute du chant des oiseaux, source d’inspiration dans cet environnement ténébreux.
Extrait Quatrieme de couverture: « Jusqu’à sa mort, Michel Bernard le saisit à ce tournant de sa vie, l’accompagne dans son difficile retour à la vie civile et montre comment, jusqu’à son dernier soupir, « l’énorme concerto du front » n’a cessé de résonner dans l’âme de Ravel. »

Présentation éditeur

Quand Ravel leva la tête, il aperçut, à distance, debout dans l’entrée et sur les marches de l’escalier, une assistance muette. Elle ne bougeait ni n’applaudissait, dans l’espoir peut-être que le concert impromptu se prolongeât. Ils étaient ainsi quelques médecins, infirmiers et convalescents, que la musique, traversant portes et cloisons, avait un à un silencieusement rassemblés. Le pianiste joua encore la Mazurka en ré majeur, puis une pièce délicate et lente que personne n’identifia. Son doigt pressant la touche de la note ultime la fit longtemps résonner.»

En mars 1916, peu après avoir achevé son Trio en la mineur, Maurice Ravel rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun. Il a quarante et un ans. Engagé volontaire, conducteur d’ambulance, il est chargé de transporter jusqu’aux hôpitaux de campagne des hommes broyés par l’offensive allemande. Michel Bernard le saisit à ce tournant de sa vie, l’accompagne dans son difficile retour à la vie civile et montre comment, jusqu’à son dernier soupir, «l’énorme concerto du front» n’a cessé de résonner dans l’âme de Ravel.

18 Avril 2015: Le jury du Festival Livres et Musiques décerne le prix littéraire de la Villle de Deauville à Les Forêts de Ravel de Michel Bernard (ex-aequo avec Gil de Célia Houdart)

Juin 2015 : Les forêts de Ravel a été retenu parmi les 15 titres qui composent la liste de conseils de lecture de l’académie Goncourt pour l’été 2015.

Septembre 2015: Première sélection du Prix Jean Carrière

Deux remords de Claude Monet

9 fév

Deux remords de Claude Monet

Michel Bernard

Aux éditions La Table Ronde, collection Vermillon, 224 pages

image

Biographie romancée, on y découvre l’artiste entre amour et tourments, ses débuts difficiles.
Un moment de lecture très prenant pour mieux comprendre l’artiste et son œuvre, ses motivations, le sens qu’il a voulu donner à sa peinture.
Michel Bernard écrit avec simplicité. Ses deux biographies, la musique « Les forêts de Ravel » et la peinture avec « Deux remords de Claude Monet » sont un enchantement.

Présentation éditeur, site Gallimard.fr

«Lorsque Claude Monet, quelques mois avant sa disparition, confirma à l’État le don des Nymphéas, pour qu’ils soient installés à l’Orangerie selon ses indications, il y mit une ultime condition : l’achat un tableau peint soixante ans auparavant, Femmes au jardin, pour qu’il soit exposé au Louvre. À cette exigence et au choix de ce tableau, il ne donna aucun motif. Deux remords de Claude Monetraconte l’histoire d’amour et de mort qui, du flanc méditerranéen des Cévennes au bord de la Manche, de Londres aux Pays-Bas, de l’Île-de-France à la Normandie, entre le siège de Paris en 1870 et la tragédie de la Grande Guerre, hanta le peintre jusqu’au bout.»
Michel Bernard.

Les oeuvres illustrant ce roman

Le déjeuner sur l’herbe

image

 

Camille, ou La Femme à la robe verte

image

 

Camille sur son lit de mort

image

 

Femmes au jardin

image

 

La Capeline Rouge, portrait de Camille Monet

image

Le dernier des nôtres

14 jan

Le dernier des nôtres

Adélaïde de Clermont Tonnerre

Aux editions Grasset

496 pages

Grand Prix du roman de l’Academie francaise 2016

image

Présentation éditeur

« La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue… » Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d’un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant… Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.
Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment « le dernier des nôtres ».

Mon avis

Deux lieux, deux époques, les derniers jours de l’Allemagne nazie et l’Amerique dans l’effervescence des années 70, deux familles aux destins croisés alimentent cette saga.

Opération Paperclip, afin qu’ils ne tombent pas sous le joug soviétique, secrètement l’Amerique récupère une centaine de cerveaux ayant servis sous le troisième Reich.

Une écriture fluide, une trame intéressante, à travers les époques les personnages luttent et s’allient pour se reconstruire.

 

 

 

Une bouche sans personne

13 jan

Une bouche sans personne

Gilles Marchand

Aux Editions Les Forges de Vulcain

260 pages

image

Dans un café, un comptable célibataire retrouve tous les soirs trois autres solitaires, sur fond de musique des Beattles. Ils n’ont pas besoin d’évoquer leur journée, ils se retrouvent là, tout simplement. Puis la nécessité de parler est plus forte. Le comptable raconte l’histoire de son grand-père Pierre-Jean. Après un début timide, le conteur improvisé attire les foules dans ce troquet. La raison qui le conduit à se confier marque son visage, mais ça, il le révélera uniquement à ses trois compères…

 

 

123456

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus