Accueil Emprunts La Prisonnière du temps

La Prisonnière du temps

Commentaires fermés
0
132

La Prisonnière du temps

Kate Morton

Traduit de l’anglais (Australie) par Anne-Sylvie Homassel

Aux éditions Presses de la Cité, 619 pages

9782258115651ORI

L’art, source d’inspiration…

Élodie Winslow, jeune archiviste travaille pour le compte d’une société qui honore la mémoire de son généreux et altruiste fondateur James Stratton qui, en son temps, oeuvra pour la cause ouvrière.

Ce roman de pure fiction s’étale sur un peu plus de cent cinquante années  avec plusieurs voix et protagonistes, peintres de la Royal Academy, écrivains, journalistes, photographes et musiciens. Élodie déroule l’échelle du temps par petites pièces scrupuleusement répertoriées dans ses dossiers. Qui est donc cette jeune femme sur cette vieille photo jaunie ?

Ses propres souvenirs d’enfance s’entremêlent et font échos à ses découvertes.

Roman foisonnant où le lecteur se balade d’une époque à une autre.

 

Présentation éditeur

« Mon vrai nom, personne ne s’en souvient. La vérité à propos de cet été-là, personne ne la connaît »

À l’été 1862, un groupe de jeunes peintres proches des Préraphaélites, menés par le talentueux Edward Radcliffe, s’installe au Birchwood Manor, sur les rives de la Tamise. Là, inspiré par sa muse, la sulfureuse Lily avec qui il vit une passion ravageuse, Edward peint des toiles qui marqueront l’histoire de l’art. Mais à la fin de sa retraite, une femme a été tuée, une autre a disparu, un inestimable diamant a été dérobé, et la vie d’Edward Radcliffe est brisée.

Plus d’un siècle plus tard, Elodie Winslow, jeune archiviste à Londres fiancée à un golden-boy qui l’ennuie, découvre dans une vieille sacoche deux objets sans lien apparent : le portrait sépia d’une femme à la beauté saisissante en tenue victorienne, et un cahier de croquis contenant le dessin d’une demeure au bord de l’eau. Pourquoi le Birchwood Manor semble-t-il si familier à Elodie ? L’inconnue de la photo pourra-t-elle enfin livrer tous ses secrets ? Et si, en l’entraînant sur les traces d’une passion d’un autre siècle, son enquête l’aidait à percer le mystère de ses propres origines et à enfin mener la vie qu’elle désire ?

 

Pour aller plus loin…

Le pré raphaelisme est un mouvement qui est né en Angleterre vers 1850, initié par de jeunes peintres qui « souhaitent retrouver l’intensité des couleurs et la complexité des compositions du XVème siècle italien et de l’art flamand. »

Ce tableau peint en 1866 par Dante Gabriel Rosetti et intitulé « Lady Lilith » n’est pas sans rappeler Lily, héroïne de ce roman.

260px-Lady-Lilith

https://www.franceculture.fr/emissions/lart-est-la-matiere/les-preraphaelites-un-monde-reveur

 

Charger d'autres articles liés
  • CE MATIN-LÀ

    CE MATIN-LÀ Gaëlle Josse Aux éditions Noir sur Blanc, collection Notabilia 224 pages Bonjo…
  • Edna O ‘Brien

  • Je veux mon p’tit pot

    Je veux mon p’tit pot Tony Ross, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Pascal…
Charger d'autres écrits par Joce Lyne
  • Je veux mon p’tit pot

    Je veux mon p’tit pot Tony Ross, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Pascal…
  • Le raton laveur qui ne voulait pas se laver

    Le raton laveur qui ne voulait pas se laver Soledad Bravi Aux éditions L ‘École des …
  • Plic ploc banquise

    Plic ploc banquise Claire Garralon Aux éditions MeMo Lecture pour une louloute Petit manch…
Charger d'autres écrits dans Emprunts
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Couverture « Grow up with me »

Petite couverture deviendra grande… Couverture de base environ 75 X 55 cm.   …