Accueil Emprunts Black Manoo

Black Manoo

6
0
708

Black Manoo
Gauz
Aux éditions Le Nouvel Attila, 170 pages

IMG_20210205_103245

Savez-vous ce qu’est un Ivoirisien ? Vous donnez votre langue au marabout ?… Un Ivoirisien est un Ivoirien Parisien.

Au printemps 1998, Black Manoo allias François-Joseph Clozel, entrepreneur en bâtiment invité par Jean Lefebvre (celui qui travaille pour nous), tout de rouge vêtu pour conjurer le mauvais sort parce que « on ne rentre pas dans une ville comme dans un grenier à mil » , débarque à Paris, quartier Belleville par Porte de la Chapelle, à la recherche de Gun Morgan son compatriote petite chanteur de Cocody devenu producteur. Black Manoo est un junky, un immigré clandestin. « Black Manoo marche dans ses rêves. Chaque pas il les plante dans le pavé pour en entendre l’écho. » Il déambule dans les rues de ce quartier. Il croise des Zombies et des Speedies, les premiers avancent avec lenteur, ils ont trouvé leur dose, les Speedies sont pressés, ils la cherchent… Pour lui, la bête se réveille, le manque se fait ressentir. Affublé de son costume, il ne passe pas inaperçu et est repéré par Lass Kader, dealer de son état, une vieille connaissance du pays ayant débarqué cinq ans plus tôt. Il lui faut 17 jours et 17 nuits dans un squat, « le Danger, le seul squat multiethnique de tout Panam », rue David-d’Angers, pour chasser la bête et reprendre vie. Le premier étage est occupé par les noirs, le deuxième par les blancs. « Les noirs sont des sans-papiers. Les blancs sont des anars ou autonomes autoproclamés. Les vaincus en dessous des convaincus. La pauvreté des premiers est historique, celle des seconds est politique ». La vie de Black Manoo s’organise de petits boulots en nouveaux squats, enrichie de combines et rencontres improbables…

Dans ce texte la belle langue française chahute avec la métaphore, le poétique. Black Manoo est un personnage attachant, solaire appartenant à une communauté, celle des africains sans-papiers, ceux qui font avec mais jamais sans.
Le récit n’est pas si léger, toutes ces personnes de l’ombre se lèvent aux aurores pour entretenir les lieux communs, travailleurs au noir pour les petites et très grandes entreprises. Notre guide nous conduit dans les dédales de son quotidien au sein de cette société silencieuse qui parfois panse ses blessures. Un court chapitre est consacré aux événements d’ août 2005, l’incendie de l’hôtel Opéra a fait vingt-quatre morts dont onze enfants, puis l’immeuble du Boulevard Vincent Auriol, trois femmes et quatorze enfants ont péri et quelques jours plus tard rue du Roi-Doré quatre enfants et trois adultes ont perdus la vie, en tout quarante-huit décès, tous appartenant à la communauté africaine des mal logés.
Malgré tout l’ optimisme est de rigueur comme un leitmotiv sur une partition musicale.
Un roman impertinent et bouleversant.
Survivre, c’est vivre au-dessus de la vie »

« Je construis un récit autour de gens qui existent ». Et cette narration, il l’orchestre avec une contrainte de taille pour Black Manoo : « J’ai décidé que ce serait un roman qui se lit en deux fois maximum et qu’il pourrait être lu dans tous les sens. C’est en cela que je suis un artisan. »
Extrait de l’interview de Gauz par Anne Bocandé pour le journal Jeune Afrique.

Un petit mot à propos de la première de couverture:

Aïda Muluneh

Née en Éthiopie en 1974, Aïda quitte le pays très jeune et passe une enfance itinérante entre le Yémen et l’Angleterre. Après plusieurs années dans un pensionnat à Chypre, elle s’est finalement installée au Canada en 1985. En 2000, elle a obtenu un diplôme du département de communication avec une spécialisation en cinéma de l’Université Howard à Washington DC Après avoir obtenu son diplôme, elle a travaillé comme photojournaliste à la Washington Post, cependant son travail peut être trouvé dans plusieurs publications internationales.

Sai-Mado_The-Distant-Gaze_LR-768x768 The-Present-and-The-Future-900x900-768x768

RED_PORTRAIT_GRID_BACK-768x768 AIDA_MULUNEH--28

  • CE MATIN-LÀ

    CE MATIN-LÀ Gaëlle Josse Aux éditions Noir sur Blanc, collection Notabilia 224 pages Bonjo…
  • Plic ploc banquise

    Plic ploc banquise Claire Garralon Aux éditions MeMo Lecture pour une louloute Petit manch…
  • Bitna, sous le ciel de Séoul

    Bitna, sous le ciel de Séoul J. M. G. Le Clézio Aux éditions Stock, collection La Bleue, 2…
Charger d'autres articles liés
  • Pull norvégien Akranes ++

    Akranes est un modèle de pull mixte publié par Drops Design, facile à tricoter, de haut en…
  • CE MATIN-LÀ

    CE MATIN-LÀ Gaëlle Josse Aux éditions Noir sur Blanc, collection Notabilia 224 pages Bonjo…
  • Edna O ‘Brien

Charger d'autres écrits par Joce Lyne
  • Je veux mon p’tit pot

    Je veux mon p’tit pot Tony Ross, traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Pascal…
  • Le raton laveur qui ne voulait pas se laver

    Le raton laveur qui ne voulait pas se laver Soledad Bravi Aux éditions L ‘École des …
  • Plic ploc banquise

    Plic ploc banquise Claire Garralon Aux éditions MeMo Lecture pour une louloute Petit manch…
Charger d'autres écrits dans Emprunts

6 Commentaires

  1. eFQbJwMVkySBWL

    16 avril 2021 à 21 h 48 min

    OcFzSAVn

  2. VtewuXyJTkHbLS

    5 avril 2021 à 13 h 27 min

    ALptgaZjsqxioKz

  3. ZqbloLBhQesaA

    25 mars 2021 à 23 h 34 min

    ZDyTtBxHLaJiR

  4. lqEYosmcJ

    13 mars 2021 à 10 h 28 min

    NCqUxzRHM

  5. ciyRBwhe

    16 février 2021 à 10 h 20 min

    aoHeYVcE

  6. Andreaslix

    14 février 2021 à 13 h 03 min

    bônus trading com comentários [url=https://pt.epjpas.net/onde-vender-bitcoin-cash/51/trading-com/]fórum trading com depósito mínimo[/url]

Consulter aussi

La Prisonnière du temps

La Prisonnière du temps Kate Morton Traduit de l’anglais (Australie) par Anne-Sylvie…