Le jardinier d’Otchakov

Andreï Kourkov, traduit du russe par Paul Lequesne

aux éditions Liana Levi, collection « Littérature étrangère », 336 pages

Wet Eye Glasses

Un voyage dans le temps comme je les aime…
Banlieue de Kiev en 2010, Igor traine sa trentaine dans l’oisiveté. Il rencontre Stepan Sadovnikov, un jardinier quinquagenaire tatoué qui loue ses services contre gîte et couvert. (Sadovnik signifie jardinier en russe). Ils forment tous deux une curieuse équipe sur les traces du passé de Stepan. Ils font entre autres découvertes celle d’une vieille valise contenant un costume de milicien russe des années 50. Un soir de fête d’anniversaire, pour faire le beau, Igor revêt l’uniforme. Et là, l’histoire à la Kourkov prend tout son sens…

Igor marche dans la rue faiblement éclairée, son pas s’alourdit, le paysage se modifie et… Il est Minuit, le voilà devant la cooperative vinicole d’Otchakov, ville perdue au bord de la mer Noire…

Présentation éditeur

Le rouble soviétique, le premier Spoutnik, Nikita Khrouchtchev… Pour Igor, tout ça, c’est de l’histoire ancienne. La trentaine débonnaire, il vit avec sa mère dans la banlieue de Kiev et préfère la perspective d’une soirée entre copains à celle d’un boulot ou d’un mariage. Le passé pourtant vient toquer à sa porte sous les traits d’un vagabond tatoué qui, en échange d’un lit de fortune, propose de s’acquitter des travaux de jardinage. Commence alors pour Igor une folle aventure où un vieil uniforme de milicien, sitôt enfilé, lui permet de franchir l’espace et le temps pour se retrouver dans la petite ville d’Otchakov, au bord de la mer Noire, en l’an 1957. Passé les premiers moments de doute sur sa santé mentale, Igor découvrira, outre les mœurs des bandits des années 50 et les charmes d’une poissonnière rousse, que l’histoire change de taille en fonction de qui cherche à l’endosser. Et qu’il n’est pas besoin d’être jardinier pour cultiver sa vraie nature.

Andreï Kourkov est né en Russie en 1961 et vit à Kiev. Il est aujourd’hui un écrivain ukrainien de langue russe. Très doué pour les langues (il en parle sept), il débute sa carrière littéraire pendant son service militaire alors qu’il est gardien de prison à Odessa… Son premier roman, Le Pingouin, remporte un succès international. Son œuvre est aujourd’hui traduite en 36 langues.

  • Rien n’est noir

    Rien n’est noir Claire Berest Aux éditions Stock, collection La Bleue, 250 pages. La…
  • Cent millions d’années et un jour

    Cent millions d’années et un jour Jean-Baptiste Andrea Aux éditions L’Iconocla…
  • Soixante jours

    Soixante jours Sarah Marty Aux éditions Denoël, 279 pages. Un roman? Une histoire, l&rsquo…
Charger d'autres articles liés
  • Rien n’est noir

    Rien n’est noir Claire Berest Aux éditions Stock, collection La Bleue, 250 pages. La…
  • Cent millions d’années et un jour

    Cent millions d’années et un jour Jean-Baptiste Andrea Aux éditions L’Iconocla…
  • Soixante jours

    Soixante jours Sarah Marty Aux éditions Denoël, 279 pages. Un roman? Une histoire, l&rsquo…
Charger d'autres écrits par Joce Lyne
  • Cuisine tatare et descendance

    Cuisine tatare et descendance Alina Bronsky, traduit de l’allemand par Isabelle Libe…
  • L’ Étoile du Nord

    L’ Étoile du Nord » de D. B. John, traduit de l’anglais (Royaume-Un…
  • Grace

    « Grace » roman de Paul Lynch Traduit de l’anglais (Royaume-Un…
Charger d'autres écrits dans Romans étrangers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Cette nuit, je l’ai vue

Cette nuit, je l’ai vue Drago Jančar Traduit par Andrée Lück-Gaye, 224 pages Prix du…