Corps désirable, Hubert Haddad

26 oct

Lui qui n’était plus certain de ses souvenirs butait par moments contre une sourde volonté externe à sa conscience. Comment croire à son propre passé, et même à ses émotions, quand une autre histoire habite votre corps? Depuis sa sortie du cycle des anesthésies et des faux comas, son cerveau lui semblait détaché de toute réalité, comme s’il n’éprouvait que les représentations douteuses du sommeil paradoxal: une sorte de rêve cristallin, lumineux, presque abstrait.

Cédric venait d’apercevoir son ange gardien au détour d’une allée en boucle qui sinuait entre des parterres de tulipes. Les mains dans les poches d’une blouse légère, l’infirmière se laissa rejoindre et se tourna bientôt à demi vers l’homme qu’elle suivait tout à l’heure.

- Ah, belle promenade! dit-elle une fois à proximité. Vous vous déplacez chaque jour avec plus d’aisance…

- Vous voulez dire que je ne boîte plus que d’une seule jambe!

Il la dévisagea, surpris au grand jour de sa beauté fade, émouvante, sous le bandeau blanc de sa coiffe. Trouvait-elle son origine dans l’encéphale ou plus bas, au fond d’entrailles qui ne lui appartenaient pas, cette vague émotion liée à une présence féminine?

Une réponse à “Corps désirable, Hubert Haddad”

  1. bouquinpapotage 30 octobre 2016 à 8 h 29 min #

    Bonne lecture, roman très intéressant !

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus