L’île des chasseurs d’oiseaux, de Peter May aux éditions du Rouergue, collection Rouergue Noir, 375 pages

l'ile des chasseurs d'oiseaux

Quatrième de couverture
L’île des chasseurs d’oiseaux
Marqué par la perte récente de son fils unique, l’inspecteur Fin Macleod, déjà chargé d’une enquête sur un assassinat commis à Edimburg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n’est pas revenu depuis dix-huit ans. Un cadavre exécuté selon le même modus operandi vient d’y être découvert. Cependant, dès l’autopsie effectuée par le médecin légiste, Fin ne croit plus à un lien entre les deux affaires.
Sur cette île tempétueuse du nord de l’Ecosse, couverte de landes, où l’on se chauffe à la tourbe, pratique encore le sabbat chrétien et parle la langue gaélique, Fin retrouve les acteurs de son enfance, à commencer par Ange, chef tyrannique de la bande dont il faisait partie. Marsaili, son premier amour, vit aujourd’hui avec Artair. Ce même Artair dont le père a perdu la vie en sauvant celle de Fin lors de l’expédition qui, chaque année, depuis des siècles, conduit une douzaine d’hommes sur An Sgeir, rocher inhospitalier à plusieurs heures de navigation, pour y tuer des oiseaux nicheurs.
Que s’est-il passé il y a dix-huit ans entre ces hommes, quel est le secret qui pèse sur eux et ressurgit aujourd’hui ?
Sur fond de traditions ancestrales d’une cruauté absolue, Peter May nous plonge au coeur de l’histoire personnelle de son enquêteur Fin Macleod. Fausses pistes, dialogues à double sens, scènes glaçantes : l’auteur tient le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

Écrivain d’origine écossaise, naturalisé français depuis avril 2016, Peter May habite depuis une dizaine d’années dans le Lot Il a d’abord été journaliste avant de devenir l’un des plus brillants et prolifiques scénaristes de la télévision écossaise. Il y a quelques années, Peter May a décidé de quitter le monde de la télévision pour se consacrer à l’écriture de ses romans. Au Rouergue, six d’entre eux ont déjà été traduits, dans sa série chinoise : Meurtres à Pékin (2005, finaliste du Prix des lectrices de Elle,), Le Quatrième sacrifice (2006), Les Disparues de Shanghaï (2006), Cadavres chinois à Houston (2007, prix Intramuros 2007 du salon Polar & Co de Cognac), Jeux mortels à Pékin (2007) et L’Éventreur de Pékin (2008).

  • De pierre et d’os

    De pierre et d’os Bérengère Cournut Aux éditions Le Tripode, 219 pages Un conte, un …
  • Un monde sans rivage

    Un monde sans rivage Hélène Gaudy Aux éditions Actes Sud, 320 pages.  Rien de tel qu&rsquo…
  • Rien n’est noir

    Rien n’est noir Claire Berest Aux éditions Stock, collection La Bleue, 250 pages. La…
Charger d'autres articles liés
  • De pierre et d’os

    De pierre et d’os Bérengère Cournut Aux éditions Le Tripode, 219 pages Un conte, un …
  • Un monde sans rivage

    Un monde sans rivage Hélène Gaudy Aux éditions Actes Sud, 320 pages.  Rien de tel qu&rsquo…
  • Rien n’est noir

    Rien n’est noir Claire Berest Aux éditions Stock, collection La Bleue, 250 pages. La…
Charger d'autres écrits par Joce Lyne
  • L’ assassin habite au 21

    S. A. Steeman Le Livre de Poche, 186 pages Un bon polar avec des dialogues qui font revivr…
  • L’affaire Léon Sadorski

    « L’affaire Léon Sadorski » Romain Slocombe, Aux éditions Robe…
  • Elle posait pour Picasso

    Elle posait pour Picasso Béatrice Egémar, illustration d’Aurélien Police  Aux éditio…
Charger d'autres écrits dans Polar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Une longue impatience

Gaëlle Josse Aux éditions Noir sur Blanc, collection Notabilia, 192 pages Un livre de moin…