Sept jours

20 mar

Sept Jours de Valentine Goby

Roman éditions Gallimard, 2003, 165 pages

image

Quatrième de couverture:

« Comme ils sont beaux. Mes enfants.
ils sont assis, tous les quatre sur le muret. Immobiles. Silencieux. La maison dans le dos. En face, la mer.
Ils regardent loin devant. et loin derrière; un soupir, un sourire pâle, un battement de cils. Les volets clos, les bagages posés sur le gravier, le soleil de septembre… c’est le décor d’un commencement; un épilogue. L’un et l’autre peut-être.
Un homme remonte l’allée, aveuglé de lumière. Dans sa main, il tient une bible, le livre du début et de la fin; ou l’inverse. il ne sait pas que les quatre ombres assises là-bas, sur le muret, ont elles aussi peuplées un vide immense.
Ebauché un monde.
En sept jours. »

Quatre frères et sœurs se retrouvent, entre les murs de la maison où ils ont grandi. Seuls pour la première fois. En quête d’une rencontre. A la recherche d’un point de départ, au-delà des liens du sang.

Valentine Goby a vingt-neuf ans. Sept jours est son second roman.

Mon avis

Deux sœurs, deux frères, après le décès de leur mère, se retrouvent dans la maison familiale, une dernière fois. Entre partage et retrouvailles, les souvenirs d’enfance remontent, et font revivre sept jours durant cette bastide provençale. L’automne se fait attendre…
Quatre parties constituent ce court roman. Chacun des quatre enfants nous fait vivre ses joie, ses peines d’enfance et ses remords…
Une écriture simple, douce comme leur mère, aucune fausse note, de la mélancolie mais pas de tristesse. Un roman vraiment touchant

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus