Chers Disparus

20 mar

Chers Disparus de Claude Pujade-Renaud,
éditions Actes Sud 2004,
323 pages

image

Quatrième de couverture:
Leur « cher disparu » s’appelle Jules Michelet, Robert Louis Stevenson, Marcel Schwob, Jules Renard ou Jack London. Elles ne se connaissaient pas mais ont en commun d’être veuve d’écrivain et, depuis lors, de veiller sur l’œuvre. Tour à tour, elles prennent la parole, évoquent le passé, se remémorent la vie conjugale, feuillettent les livres, raturent les journaux intimes et parfois découvrent, avec amertume ou résignation, quelque turpitude qu’il eût fallu ignorer. Mais par-delà toute indiscrétion, c’est au cœur des obsession et du mythe personnel qu’elles plongent un regard attentif, où entre une part d’amour fidèle et indulgent.
Cinq disparus, et donc cinq portraits subtilement agencés, dont la finesse nous ouvre de nouvelles clés de lecture, en même temps que Claude Pujade-Renaud dévoile le versant caché de la littérature des hommes: celui, bien sûr-dont seule une femme pouvait témoigner.

Mon avis:
Etre l’épouse d’un écrivain est une charge complexe. Ces cinq femmes l’ont vécu de manières différentes, accompagnatrices dévouées ou femmes attendries gérant le quotidien, ou équipière assumée, elles ont pour mission de finaliser l’œuvre de l’Homme. Commence alors pour chacune le tri, la relecture, le classement et parfois la censure. Ces ultimes étapes à la fin de leur vie, sont autant d’occasions de revivre ces instants de bonheur, de crise au détour d’une lettre d’amour ou d’un manuscrit oublié.
Claude Pujade-Renaud nous offre par cinq fois l’occasion de découvrir l’auteur par le biais de la femme, que serait-il sans elle

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus