Une terre d’ombre

27 fév

Une terre d’ombre, Ron Rash, editions du Seuil, traduit de l’anglais (américain) par Isabelle Reinharez, 240 pages.

image

Quatrième de couverture
Laurel Shelton est vouée à une vie isolée avec son frère — revenu de la Première Guerre mondiale amputé d’une main —, dans la ferme héritée de leurs parents, au fond d’un vallon encaissé que les habitants de la ville considèrent comme maudit : rien n’y pousse et les malheurs s’y accumulent. Marquée par ce lieu, et par une tache de naissance qui oblitère sa beauté, la jeune femme est considérée par tous comme rien moins qu’une sorcière. Sa vie bascule lorsqu’elle rencontre au bord de la rivière un mystérieux inconnu, muet, qui joue divinement d’une flûte en argent. L’action va inexorablement glisser de l’émerveillement de la rencontre au drame, imputable exclusivement à l’ignorance et à la peur d’une population nourrie de préjugés et ébranlée par les échos de la guerre.

La splendeur de la nature, le silence et la musique apportent un contrepoint sensible à l’intolérance, à la xénophobie et à un patriotisme buté qui tourne à la violence aveugle.

Après Le Monde à l’endroit (Seuil, 2012), Une terre d’ombre prolonge une réflexion engagée par l’auteur sur la folie guerrière des hommes, tout en développant pour la première fois dans son œuvre romanesque une histoire d’amour tragique qui donne à ce récit poignant sa dimension universelle.

Né en Caroline du Sud en 1953, Ron Rash est un poète, auteur de cinq recueils de nouvelles et de cinq romans, tous lauréats de prestigieux prix littéraires —Sherwood Anderson Prize, O. Henry Prize, James Still Award, Novello Literary Award, Frank O’Connor Award. Il est titulaire de la chaire John Parris d’Appalachian Studies à la Western Carolina University.

Isabelle Reinharez fait route avec la littérature anglophone depuis fort longtemps. Parmi les auteurs qu’elle a traduits figurent Louise Erdrich, Robert Olen Butler, Anne Enright, Tim Parks. Aux editions Actes Sud, elle a dirigé la série anglo-américaine et fait entrer au catalogue des écrivains tels que Cormac Mc Carthy et Madison Smartt Bell.

Mon avis
Nous nous rapprochons de la fin de la Première Guerre Mondiale, mais l’esprit patriotique est toujours très présent dans ces contrées de Caroline du Nord. L’auteur rend hommage à ces jeunes américains, ces poilus gazés et mutilés.
Laurel est une jeune femme à la beauté certaine mais rejetée parce qu’affligée d’une tâche de naissance qui dans ces contrées retirées la fait passer pour une sorcière. Son frère Hank est rentré de la guerre avec une main en moins. Ils ont hérité de cette terre maudite, où les châtaigniers dépérissent, où les perroquets de Caroline disparaissent. La ferme se situe en contre bas d’une falaise où même la lumière du jour à du mal à s’installer, « la terre d’ombre ». Leur vie routinière est sombre. Puis un jour, Walter, un vagabond, muet et musicien entre en scène, ils vont le soigner, l’héberger.
Une fois le décor planté, l’histoire s’installe et l’intrigue se développe.
L’écriture est fine, les personnages suffisamment complexes pour faire de ce roman une lecture très agréable.

 

Extrait
La falaise la dominait de toute sa hauteur, et elle avait beau avoir les yeux baissés, elle sentait sa présence. Même dans la maison elle la sentait, comme si son ombre était tellement dense qu’elle s’infiltrait dans le bois. Une terre d’ombre et rien d’autre, lui avait dit sa mère, qui soutenait qu’il n’y avait pas d’endroit plus lugubre dans toute la chaine des Blue Ridge. Un lieu maudit, aussi, pensait la plupart des habitants du comté, maudit bien avant que le père de Laurel n’achète ces terres. Les Cherokee avaient évité ce vallon, et dans la première famille blanche à s’y être installée tout le monde était mort de la varicelle.

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus