Limon, de Didier Desbrugeres, aux éditions Gaïa, 224 pages

image

Quatrième de couverture

Des médailles militaires oubliées au fond d’un tiroir, ou des douilles d’obus ouvragées sur le manteau d’une cheminée, des boîtes à chaussures emplies de lettres et de visages de jeunes soldats sur lesquels on ne sait plus mettre un nom. Voilà l’écho, souvent, de la Grande Guerre.
Limon, ce sont des nouvelles qui viennent porter notre regard sur le conflit de 1914-1918 sous un éclairage diffracté, comme à travers un verre brisé, pour rendre hommage à ces hommes et ces femmes précipités dans un conflit qui n’était pas le leur.
Loin des faits d’armes et des actions héroïques, se pencher sur le quotidien, sur le front et à l’arrière, et sentir les cicatrices toujours vives, plus profondes que les sillons qui tentent depuis de les recouvrir.

Mon avis
5 nouvelles dont une donnera le titre a ce recueil.
- Connaissez-vous les  » Anges Noirs »? C’est le nom que l’on donnait aux veuves qui allaient annoncer la terrible nouvelle, la mort d’un mari ou d’un fils. Ces veuves ont peu à peu remplacé le maire qui ne pouvait plus supporter cette tâche….

- Mort au champs du déshonneur est une nouvelle dérangeante, un soldat se retrouve sous les feux de son supérieur antisémite, une mort orchestrée.

- Limon, cette nouvelle est consacrée à la vie, au quotidien du soldat embourbé dans les tranchées, mais aussi à celles et ceux qui espèrent son retour.

- L’appel, des années plus tard, un industriel allemand, au volant de son bolide veut rejoindre Paris. Il traverse la Lorraine, sur l’autoroute approche de Verdun et là se souvient du boulet de canon…

- Une question se pose, que ressentent les habitants d’aujourd’hui qui vivent à proximité d’un de ces cimetières, du Chemin des Dames?
La dernière nouvelle, Rémanence, comme pour clore l’histoire traite du sujet. Un homme s’identifie à tous ces soldats, négligeant les vivants pour malgré lui, vivre et faire revivre cette période douloureuse.

C’est un bel hommage, difficile mais nécessaire.

❤️

 

  • Soixante jours

    Soixante jours Sarah Marty Aux éditions Denoël, 279 pages. Un roman? Une histoire, l&rsquo…
  • Des hommes couleur de ciel

    On dit l’été propice aux lectures légères, cependant il est des lectures qu’il…
  • San Perdido

    « San Perdido » David Zukerman aux éditions Calmann Levy, 411 pages.…
Charger d'autres articles liés
  • Soixante jours

    Soixante jours Sarah Marty Aux éditions Denoël, 279 pages. Un roman? Une histoire, l&rsquo…
  • Des hommes couleur de ciel

    On dit l’été propice aux lectures légères, cependant il est des lectures qu’il…
  • San Perdido

    « San Perdido » David Zukerman aux éditions Calmann Levy, 411 pages.…
Charger d'autres écrits par Joce Lyne
  • Les lectures des otages

    Les lectures des otages Yôko Ogawa, traduit du japonais par Martin Vergne Aux éditions Act…
  • La petite poule rouge vide son coeur

    La petite poule rouge vide son coeur Margaret Atwood, traduit par Hélène Filion Aus éditio…
  • Un si bel amour

    Un si bel amour et autres nouvelles Ludmila Oulitskaïa, traduit du russe par Sophie Benech…
Charger d'autres écrits dans nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

MarsAuFeminin

Bonjour à vous Amis Lecteurs! Aujourd’hui je vous présente #MarsAuFeminin, un groupe…