Les délices de Tokyo

11 mai

Les délices de Tokyo

Durian Sukegaw, traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako

aux éditions Albin Michel, 239 pages

image

 

Ce roman débute par une histoire culinaire toute simple. Sentarô est le gérant d’une échoppe dans laquelle il prépare chaque jour, sans conviction, des dorayaki, une spécialité nippone sucrée à base de an, une pâte de haricots.

Par une belle journée de printemps, lors de la pleine floraison des cerisiers, une vieille dame, Tokue, se présente et lui propose de confectionner « la pâte de haricots » qui attirera la clientèle… Tokue maîtrise l´art de la pâtisserie. Une profonde amitié nait  de ces échanges. Tokue se confie sur son existence au sein d’une communauté isolée par une épaisse haie de houx, la marginalisation d’une petite partie de la population…

Un moment de lecture intense.

Ce roman, sous le même titre, a été adapté au cinéma et primé à Cannes en 2015.

 

Tatsuro Kiuchi est un illustrateur japonais né à Tokyo en 1966

image image

image

 

 

« Portrait de Charles Baudelaire » de Gustave Courbet (1848)

5 mai

FB_IMG_1494001514628

« Morning sun » de Harold Knight (1913)

5 mai

FB_IMG_1494000664345

Entretien Christine Gauthier-Bravard

5 mai

Image de prévisualisation YouTube 

Entretien autour du roman « Céleste Quatorze » de Christine Gauthier-Bravard, animé par Pascale Anglès de la chaîne Corrèze Télévision

 

Crimes et condiments

2 mai

Crimes et condiments

Frédéric Lenormand série « Voltaire mène l’enquête »,

aux éditions JC Lattès, 336 pages

image
Mi conte philosophique pas trop candide, mais surtout un polar bien assaisonné qui fait la part belle à un Voltaire truculent.

Quatrième de couverture
Prenez un philosophe bien à point, faites-le mariner, lardez quelques victimes, laissez mijoter les suspects, assaisonnez de quelques scandales, enrobez dans un style onctueux et servez chaud.
En pleine révolution culinaire, Voltaire enquête sur les traces d’un assassin qui sème derrière lui tartes au cyanure et ragoûts à l’arsenic. L’aide de la brillante marquise du Châtelet, experte en recherche scientifiques, et de l’abbé Linant, fin gourmet, ne sera pas de trop pour rendre l’appétit aux gastronomes!

 

Alexandre-François Desportes, 1661-1743, est un peintre animalier.

image

Autoportrait, musée du Louvre

 

image

Fleurs, fruits, animaux, musée de Grenoble

 

image

Nature morte au paon, musée des Beaux Arts de Lyon

 

Les lectures d’Edgar

28 avr

Mon Poussin

Akiko Hayashi, Kiyoshi Soya

aux éditions L’ école des loisirs, 20 pages cartonnées 

image

 

Mais où va mon poussin? Il va faire nuit, le soleil se couche et les étoiles illuminent le ciel. C’est l’heure de dormir, Maman est tout prêt de toi…

Une petite histoire, toute simple que mon petit-fils Edgar, tout juste un an,  adore ! Si, si, il écoute et regarde les images avec beaucoup d’intérêt. Il ne l’a pas encore dévoré!

image

Un chat, Tokyo, Tourgueniev et Woorara !

28 avr

image

 

Quels sont les rapports entre un chat, Tourgueniev, Tokyo et Woorara?

- Le DEFI LECTURE 2017, groupe FB, mes quatre prochaines lectures…

N°17: un livre avec un chat sur la couverture « Crimes er condiments » de Frédéric Lenormand, Polar

N31: un livre avec un seul mot dans le titre « Woorara » de Sébastien Vidal, Polar

N°43: un livre avec un nom de personnage célèbre dans le titre, pas de biographie « En lisant Tourgueniev » de William Trevor

N°46: un livre avec le nom d’une ville dans le titre « Les délices de Tokyo » de Durian Sukegawa

- Un an avec ma Book Jar, groupe FB, première lecture. Inscrire les livres de sa Pile à Lire (PAL) sur des petits papiers, les mettre dans un pot et chaque mois piocher un ou plusieurs papiers, les lire, le but étant de faire diminuer sa PAL.

The winners are (les gagnants sont)

« En lisant Tourgueniev  » de William Trevor

« Woorara » de Sébastien Vidal, polar corrézien

La belle étrangère

25 avr

La belle étrangère
Jean-Paul Malaval
Aux éditions Calmann Levy, collection France de toujours et d’aujourd’hui, 300 pages

Marlianges bourgade de la campagne corrézienne à quelques kilomètres de Brive. La région vit ses dernières semaines d’Occupation dans un climat tendu, l’heure est aux règlements de comptes… aux représailles. En ce mois de juin 1944, les paysans sont à pied d’œuvre. Un vieux garçon un peu simple Maximin Maringot, pour régler ses comptes avec son voisin qui lorgne sur sa propriété envisage de céder celle-ci à ses métayers, une famille d’italiens, les Battisteli, des estrangiers arrivés dans le pays après avoir fuis le fascisme de Mussolini. Cette annonce divise le village et avive les tensions.
Pourquoi le médecin du village Bertrand Jouve, soutient-il la famille Battisteli, est-ce pour les beaux yeux de Clara qui fait tourner les têtes de tous les gars du village?

image

 

Présentation éditeur (quoique… )

Années 30,  une famille italienne, les Battistello, s’installent dans un petit village de Corrèze. Cette arrivée d’étrangers, même sur une propriété dont personne ne veut, à moitié en ruines, et qu’il faut rebâtir, suscite l’hostilité du voisinage. Les Battistello se découvrent néanmoins un allié de poids en la personne du médecin, Monsieur Aristide. Dans le pays, on ne comprend pas pourquoi cet homme distingué s’intéresse aux Italiens. Cette bienveillance intrigue, agace, insupporte… on soupçonne le docteur d’avoir pris pour maîtresse l’une des filles Battistello dont la beauté attise les convoitises. Que cache Monsieur Aristide ? Quelle mystérieuse dette a-t-il à l’égard des Italiens ? Assailli de toutes parts, le vieux médecin devra révéler un terrible secret…

Hiver à Sokcho

25 avr

Hiver à Sokcho
Élisa Shua Dusapin
Aux éditions Zoé, 140 pages

Un très bon moment de lecture, une écriture poétique et intimiste qui invite au voyage par son ambiance feutrée mêlée aux effluves d’une cuisine délicate.

Sokcho est une petite ville portuaire de Corée du Sud située à quelques kilomètres du No Man’s Land séparant le Sud du Nord. Au creux de l’hiver rigoureux, c’est une ville repliée sur elle-même qui attend que revienne la saison touristique. Dans ce lieu improbable débarque Yan Kerrand, un français auteur de bande dessinée venu chercher l’inspiration, un nouveau paysage pour son héros globe-trotter. Il s’installe dans une pension de famille et, est reçu par une autochtone franco-coréenne de père inconnu, étudiante en littérature française, faisant office de femme de ménage et cuisinière. Yan est un personnage taiseux originaire de ce pays mysterieux, la Normandie de Maupassant, cette contrée qui intrigue et dont la culture séduit la jeune femme.

image

 

Quatrieme de couverture

À Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coreenne qui n’est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l’inspiration loin de sa Normandie natale. C’est l’hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l’encre coule sur le papier, implacable: un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes. Ce roman délicat comme la neige sur l’écume transporte le lecteur dans un univers d’une richesse et d’une originalité rares, à l’atmosphère puissante.

Nee en 1992 d’un père francais et d’une mere sud-coréenne, ELISA SHUA DUSAPIN est diplômée de l’Institut littéraire suisse de Bienne. Hiver à Sokcho est son premier roman.

 

Enquêtes criminelles – Meurtres à Versailles

20 avr

Enquêtes criminelles

Meurtres à Versailles 

Frédéric Bosc, illustrations de Tom Armand

aux éditions Marabout, 95 pages

image

Dix enquêtes à élucider…

1- Une courte nouvelle détaille le déroulement du crime avec pour décor le château de Versailles.

2- L’enquête policière avec ses indices permet au lecteur d’élucider le crime.

3- Pour ceux qui, comme moi n’ont pas l’âme policière, en fin de livret ils trouveront la solution… Bon sang mais c’est bien sûr !

 

 

12345...19

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus